Outsider Art Fair
En  Fr

Ras Dizzy

Jamaïcain, XXe siècle.
Né 1932, en Jamaïque; mort 2008.


Ras Dizzy est un poète et «fabricant d'images» itinérant, l'auteur des peintures les plus stylistiquement remarquables parmi les «Intuitifs» jamaïcains, un groupe d'artistes autodidactes dont la production a commencé à attirer l'attention des médias et des experts en Jamaïque à la fin des années 1970.

Même si de nombreux détails de la vie de Ras Dizzy restent de l'ordre de la spéculation, il est né en 1932 sous le nom d'Albert Livingstone, si l'on en croit son passeport. Il était connu pour raconter des histoires plus ou moins farfelues sur son passé, affirmant parfois que son vrai prénom était «Birth» (naissance). Il a également utilisé les noms de Birch Lincoln ou de Dizzy Gillespie Johnson.

À l'âge adulte, ses histoires fantastiques et ses affabulations lui ont valu le surnom de «Dizzy» (étourdi, vertige). Quant à «Ras», il s'agit d'un titre honorifique du mouvement rastafari. (Ras Dizzy était membre de ce mouvement spirituel ayant des origines africaines et puisant dans la Bible et les vertiges du cannabis.)

Ras Dizzy, qui affirmait avoir voyagé en Afrique et en Chine, avoir monté à cheval avec des cowboys hollywoodiens et combattu dans un ring de boxe contre Cassius Clay, a dit avoir été en partie scolarisé à Kingston, la capitale de la Jamaïque. À la fin des années 1960, il apparaît en marge de la scène artistique de la capitale, vendant des dessins réalisés au stylo et distribuant des photocopies de ses poèmes. À l'Université des West Indies, des intellectuels radicaux publient dans leur hebdomadaire ses commentaires poético-fantastiques et socio-politiques. Ras Dizzy voyage à travers la Jamaïque, vendant ses dessins ou les échangeant contre de la nourriture et un logement. Certaines personnes chez qui il a séjourné sont devenues ses amis et mécènes.

Les tableaux et sculptures des Intuitifs jamaïcains représentent des scènes de la vie rurale et urbaine de l'île en faisant parfois référence à la Bible ou à la spiritualité africaine. En 1979, la Galerie nationale de la Jamaïque a décidé d'inclure le travail de Ras Dizzy dans l'exposition «The Intuitive Eye» (Le regard intuitif) consacrée aux œuvres, aux idées et à la vie des Intuitifs jamaïcains. L'exposition était organisée par David Boxer, à l'époque directeur et conservateur en chef de la Galerie nationale. Évitant les termes de «primitif» ou «naïf», Boxer préfère celui d'«intuitif» pour décrire les artistes autodidactes de son pays. Grâce à cette exposition et deux autres événements organisés par la Galerie nationale sur le même thème, Boxer a contribué à faire de ces artistes des acteurs importants dans la formation d'une identité nationale, culturelle et moderne, au sein de cette ancienne colonie britannique ayant obtenu son indépendance en 1962.

Le style de Ras Dizzy se distingue par l'utilisation de couleurs vives et de formes simples dans l'illustration à la gouache de ses sujets de prédilection, notamment des cowboys, des boxeurs, des hippodromes, des bateaux, des palmiers et des vendeurs dans les marchés alimentaires. Il inscrivait habituellement un titre ou une légende descriptive au verso de ses images et datait ses œuvres.

Une notice biographique de Ras Dizzy sur le site internet de la Galerie nationale de la Jamaïque indique que l'artiste «a choisi de vivre en dehors de notre système en n'ayant pas d'adresse fixe ni, d'ailleurs, de nom fixe. Ses errances nomades l'ont amené hors de la Jamaïque (...) à Haïti et au Panama». L'article ajoute que Ras Dizzy «a vécu sa vie selon ses propres convictions, tel un esprit libre... Nombre de ses œuvres sont des autoportraits, dans (lesquels il apparaît dans) sous les traits d'un shérif du Far West, d'un cowboy hors-la-loi, d'un champion de boxe ou d'un jockey d'hippodrome. Ces images relèvent en partie du délire, mais elles sont aussi ancrées dans la culture populaire locale et reflètent un désir légitime pour la dignité et l'amélioration du statut personnel».

La Galerie nationale de Jamaïque a inclus les peintures de Ras Dizzy dans «Fifteen Intuitives» (Quinze Intuitifs, 1987) et «Intuitives III» (2005), les deux expositions majeures ayant suivi celle de 1979 «The Intuitive Eye». Son travail a été aussi régulièrement présenté lors des expositions des Intuitifs à l'Harmony Hall, une des plus importantes galeries jamaïcaines à Ocho Rios. Ras Dizzy a également participé à des expositions collectives à l'étranger: «Jamaican Intuitives» (1987) au Commonwealth Institute de Londres, «New World Imagery» (1995) qui a fait la tournée de l'Angleterre, et «Redemption Songs » (1997, 2002), une exposition itinérante aux États-Unis qui regroupait les œuvres des Intuitifs jamaïcains.

David Boxer a décrit Ras Dizzy comme «un homme qui semble vivre et peindre à la limite de ce que nous pourrions appeler une existence raisonnable (ou) rationnelle». Il a qualifié l'œuvre de ce peintre-poète vagabond d'«expressionnisme naturel».

- Edward M. Gómez


Expositions sélectionneees

2012, Jamaican Intuitive Artists: Storytellers and Visionaries, Patricia & Phillip Frost Art Museum, Florida International University, Miami

2011, Works from the Hugh Dunphy Collection, Bolivar Gallery, Kingston

2005, Intuitives III, National Gallery of Jamaica, Kingston

2002, Fifteen Jamaican Artists, Skoto Gallery, New York

1998, Diaspora: Seven African-American Artists: Freddie Brice, Robert St. Brice, Odilon Pierre, Ras Dizzy, Leonard Daley, Thornton Dial, Kevin Sampson, Cavin-Morris Gallery, New York

1997, Redemption Songs: The Self-Taught Artists of Jamaica, Diggs Gallery, Winston-Salem State University, Winston-Salem (Caroline du Nord)

1996, Summer Group Show: Haitian and Jamaican Artists, Cavin-Morris Gallery, New York

1995, New World Imagery: Jamaican Art, traveling exhibition, Hayward Gallery, Londres

1994, Annual National Exhibition, National Gallery of Jamaica, Kingston

1989, Annual National Exhibition, National Gallery of Jamaica, Kingston

1987, Fifteen Intuitives, National Gallery of Jamaica, Kingston

1987, Jamaican Intuitives, Commonwealth Institute, Londres

1979, The Intuitive Eye, National Gallery of Jamaica, Kingston

Collections sélectionnées

National Gallery of Jamaica, Kingston
Patricia & Phillip Frost Art Museum, Florida International University, Modesto Maidique Campus, Miami
Joseph Pereira Collection, University of the West Indies, Main Library, Mona Campus, Kingston

Bibliographie sélective

"Jamaica's Art Pioneers: Ras Dizzy (Birth Livingston), c. 1932-2008," National Gallery of Jamaica Blog, entrée encyclopédique postée en 28 août 2012, ressource en ligne: http://nationalgalleryofjamaica.wordpress.com/2012/08/28/jamaicas-art-pioneers-ras-dizzy-birth-livingstone-c1932-2008/   

"Ras Dizzy Paintings for Main Library," MONA News (revue de l'Université des Indes occidentales), Kingston, Décembre 2011.

Gómez, Edward M., "Passionate Patron: In Kingston, Jamaica, curator-artist David Boxer lives with an encyclopedic collection of his nation's best art," Art & Antiques, Décembre 2010/Janvier 2011.

Gómez, Edward M., "Self-Taught Art Comes of Age, and for Jamaica's Legendary Intuitives, the Moment is Now!," Intuitives III, catalogue d'exposition, National Gallery of Jamaica, Kingston, 2006.

Gómez, Edward M., "Jamaican Vagabond: Ras Dizzy," Raw Vision, No. 54, Printemps 2006.

Bender, Wolfgang, ed., Rastafarian Art, Ian Randle, Kingston, 2005.

Gómez, Edward M., "Intuitive Eyes: Individualistic and Visionary, Jamaica's Legendary Self-Taught Artists Have Helped a Nation Find Its Soul," Folk Art, Automne 2005.

Archer-Straw, Petrine, "Desperately Seeking Africa Within Jamaican Art," Jamaica Journal, 2003. 

Boxer, David et Veerle Poupeye, Modern Jamaican Art, Ian Randle Publishers, Kingston, 1998.

Archer-Straw, Petrine, New World Imagery: Jamaican Art, exhibition catalogue, National Touring Exhibitions & Hayward Gallery, Londres, 1995.

Revue noire 6: Caraibes Art & Literature, Vol. 1, Séptembre/Novembre 1992.

  • Contactez
  • Outsider Art Fair on Facebook   Outsider Art Fair on Twitter   Outsider Art Fair on Instagram