Outsider Art Fair
En  Fr

Anna Mary Robertson "Grandma" Moses

Américaine, XXe siècle.
Née 1860, à Greenwich, New York; morte 1961, à New York.


Anna Mary Robertson est née le 7 septembre 1860 à Greenwich, une petite communauté rurale de l'État de New York. Son père Russell King Robertson possède une ferme et une filature de lin. Pendant que les cinq frères d'Anna Mary aident leur père à la filature ou à la ferme, la fillette doit s'occuper des tâches ménagères avec ses quatre sœurs. A l'âge de douze ans, Anna Mary est engagée comme ménagère chez des voisins plus fortunés. Elle y reste jusqu'à l'âge de 27 ans et son mariage avec un autre employé de maison, Thomas Salmon Moses.

Surnommée la « Mère Moses » dans le voisinage, Anna Mary aurait bien passé le reste de ses jours en Virginie, mais Thomas avait le mal du pays. En 1905, il convainc sa femme de reprendre le chemin du Nord. « Je pense que rien n'a changé depuis notre départ », a commenté Anna. Ils s'installent dans une ferme d'Eagle Bridge, non loin du village natal d'Anna Mary. Ils baptisent leur ferme « Mont Nébo », du nom de la montagne biblique où Moïse décède après avoir aperçu la Terre promise. Il s'agit d'un nom presque prophétique puisque Thomas Moses (Moïse en français) meurt d'un infarctus sur le « Mont Nébo » en 1927.

En 1932, elle se rend dans la ville toute proche de Bennington pour prendre soin de sa fille Anna, atteinte de tuberculose. C'est elle qui montre à sa mère une image brodée et la met au défi d'en faire autant. Anna Mary Roberston Moses commence alors à broder ce qu'elle qualifie de « mauvaises » reproductions du travail de sa fille et les donne à tous ceux qui en veulent bien. Quand l'arthrite rend difficile le maniement de l'aiguille, sa sœur Celestia lui suggère de peindre. Et c'est ainsi que commence la carrière artistique de Grandma Moses.  

Anna Mary Robertson fait ses débuts à la Galerie St. Etienne en octobre 1940. Otto Kallir a choisi d'intituler l'exposition « Ce qu'a peint une fermière », croyant que le nom de l'artiste, complètement inconnu, est sans intérêt. Ce n'est que quelques mois plus tard qu'un journaliste, lors d'une visite dans la région natale de l'artiste, tombe sur le nom de « Grandma Moses » qu'il contribue à populariser. L'exposition remporte un succès modeste malgré une bonne campagne publicitaire.

En 1944, frustrée par la tournure touristique de ses affaires et par les difficultés à être payée par certains clients, elle accepte d'être représentée exclusivement par la Galerie St. Etienne et l'American British Art Center, dont le directeur, Ala Story, est un acheteur assidu de ses œuvres. Kallir et Story organisent aussitôt une exposition itinérante qui, au cours des vingt prochaines années, va conduire les œuvres de Grandma Moses dans plus de trente États américains et dix pays européens. Kallir fait publier en 1946 la première monographie de l'artiste (« Grandma Moses: American Primitive ») et supervise l'octroi de licences pour les premières cartes de Noël. Les deux projets sont un tel succès que le livre bénéficie d'une réédition l'année suivante et le géant Hallmark achète les droits de reproduction des cartes de souhait. Grandma Moses se rend en 1949 à Washington où le président Harry Truman lui remet un prix spécial. Un documentaire de Jerome Hill qui lui est consacré est nommé en 1950 aux Oscars. Son autobiographie est publiée en 1952.

La saga de cette artiste du troisième âge, passée de la pauvreté à la prospérité, a captivé les Américains. Le public et les médias ont été sensibles à ce conte de fées qui semblait prouver le vieil adage qu'il n'est jamais trop tard. Grandma Moses a fait la Une du magazine Time en 1953; en 1960, Life avait dépêché son célèbre photographe Cornell Capa pour couvrir le centenaire de la naissance de l'artiste. Cet anniversaire avait été déclaré « Jour de Grandma Moses » par le gouverneur de New York Nelson Rockefeller et célébré un peu comme une fête par la presse nationale. La fanfare s'est poursuivie pour les 101 ans de Grandma Moses, chacun se réjouissant de la longévité de l'artiste. Quelques mois plus tard, le 13 décembre 1961, Grandma Moses rendait l'âme. Son décès a fait la Une de toute la presse américaine et de plusieurs médias en Europe.

- Biographie offerte par Galerie St. Etienne


Expositions collectives sélectionnées

2013, Recent Acquisitions, Galerie Saint Etienne, New York

2013, Recent Acquisitions: And Some Thoughts on the Current Art Market, Galerie Saint Etienne, New York

2012, The Ins and Outs of Self-Taught Art: Reflections on a Shifting Field, Galerie Saint Etienne, New York

2011, Self-Taught Painters in American 1800-1950: Revisiting the Tradition, Galerie Saint Etienne, New York

2009, They Taught Themselves: American Self-Taught Painters Between the World Wars, Galerie Saint Etienne, New York

2008, Transforming Reality: Pattern and Design in Modern and Self-Taught Art, Galerie Saint Etienne, New York

1996, Breaking All The Rules: Art in Transition, Galerie Saint Etienne, New York

1992, Naive Visions/Art Nouveau and Expressionism/Sue Coe: The Road to the White House, Galerie Saint Etienne, New York

1987, Folk Art of This Century, Galerie Saint Etienne, New York

1939, Contemporary Unknown American Painters, Museum of Modern Art, New York

Expositions individuelles sélectionnées

2010, Seventy Years Grandma Moses: A Loan Exhibition Celebrating the 70th Anniversary of the Artist's "Discovery", Galerie Saint Etienne, New York

2002, Grandma Moses: Reflections of America, Galerie Saint Etienne, New York

1990, Grandma Moses, Galerie Saint Etienne, New York

1960, My Life's History, IBM Gallery, NY; Milwaukee, Washington DC, Chattanooga, Baton Rouge, Seattle, Laguna Beach, Fort Worth, Winnipeg

1949, Paintings by Grandma Moses, Phillips Collection, Washington

1944, New Paintings by Grandma Moses: The Senior of the American Primitives, Galerie Saint Etienne, New York

1944, Grandma Moses, Galerie Saint Etienne, New York

1940, What a Farm Wife Painted: Works by Mrs. Anna Mary Moses, Galerie Saint Etienne, New York

Collections sélectionnées

Galerie Saint Etienne, New York
Hammer Galleries, New York

Bibliographie sélective

Marling, Karal Ann, Designs in the Heart: The Homemade Art of Grandma Moses, Massachusetts, 1996.

Kallir, Jane, The Essential Grandma Moses, Harry N. Abrams, New York, 2001.

Kallir, Jane, Grandma Moses: The Artist Behind the Myth, New York, 1982.

Biracree, Tom, Grandma Moses: Painter, New York, 1989.

Kallir, Otto, Grandma Moses: My Life's History, New York, 1952

Kallir, Otto, Grandma Moses: American Primitive, New York, 1947.

Janis, Sydney, They Taught Themselves: American Painters of the 20th Century, New York, 1942.

  • Contactez
  • Outsider Art Fair on Facebook   Outsider Art Fair on Twitter   Outsider Art Fair on Instagram